Et si on parlait de l’intestin : notre « deuxième cerveau »…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Comment notre intestin, celui que l’on qualifie de deuxième cerveau, affecte-t-il l’humeur, la fonction immunitaire et la cognition ?

Notre intestin abrite des trillions de bactéries et autres microbes qui communiquent avec notre cerveau. Cette communication se fait en grande partie par le biais du nerf vague et fait partie de l’axe intestin-cerveau. Ces découvertes et d’autres encore ont valu au microbiome intestinal le surnom de « deuxième cerveau ».

Naveen Jain, fondateur des testsViome sur le microbiote, nous aide à comprendre comment notre deuxième cerveau affecte l’humeur, la fonction immunitaire et la cognition.

Un aperçu du microbiome intestinal

Le microbiote est l’ensemble des microbes qui vivent dans et sur le corps.

Il forme une couche vivante sur notre peau et sur certaines parties de l’intérieur de notre corps, notamment les poumons et le tube digestif, de la bouche au côlon.

Lorsque les microbes intestinaux sont déséquilibrés, le corps ne peut pas absorber les nutriments comme il le devrait.

Il en résulte une inflammation, à l’origine de presque toutes les maladies chroniques. L’inflammation dans le corps a un impact énorme sur la perte de poids, la santé digestive, la santé mentale, la santé immunitaire, la réponse au stress, et même la façon dont le corps vieillit intérieurement.

Apprendre à connaître le système nerveux entérique : le cerveau de notre intestin

Qu’est-ce que l’axe intestin-cerveau ?

Le cerveau contrôle la plupart des fonctions corporelles en envoyant des messages directs via notre système nerveux central (SNC). Le SNC est constitué d’un système complexe de nerfs qui descendent le long de notre colonne vertébrale et se ramifient dans tout le corps.

Mais notre intestin a son propre esprit, y compris son propre système nerveux appelé système nerveux entérique (ENS). Les scientifiques considèrent souvent ce système comme notre « deuxième cerveau ».

Ce système est en communication constante avec notre SNC, envoyant des messages dans les deux sens.

Nombre de ces conversations consistent en des messages cognitifs et émotionnels. C’est pourquoi, lorsque l’on a égaré notre portefeuille ou nos clés, on peut ressentir un sentiment d’anxiété qui se manifeste souvent dans nos intestins.

Les scientifiques ont de plus en plus de preuves que l’activité microbienne peut :

  • affecter la signalisation hormonale
  • modifier notre perméabilité intestinale, autrement dit provoquer des fuites intestinales
  • produire des métabolites utiles – ou nuisibles – à notre organisme
  • affecter notre système immunitaire : 70 % de notre système immunitaire est logé dans les parois de notre microbiome intestinal

Des changements directs dans la santé intestinale peuvent influencer notre comportement [et vice versa] et provoquer des changements d’humeur.

Dysbiose intestinale : comment affecte-t-elle notre humeur ?

Lorsque nous sommes confrontés à une vague d’inflammation dans notre intestin, de nombreux spécialistes de la santé pensent immédiatement à une chose : la dysbiose intestinale.

La dysbiose peut être définie comme un déséquilibre entre les types d’organismes présents dans la microflore naturelle d’une personne, en particulier celle de l’intestin, dont on pense qu’elle contribue à toute une série de problèmes de santé.
Il a été démontré que la dysbiose intestinale produit une réponse immunitaire importante.

Lorsque l’inflammation atteint le système nerveux central, elle peut interférer avec les signaux envoyés au cerveau et provoquer une détresse psychologique. Réduire l’inflammation produite dans l’intestin peut améliorer son emprise sur notre système nerveux central, en stabilisant notre écosystème intestinal.

En réduisant l’inflammation produite dans l’intestin, on peut améliorer son emprise sur notre système nerveux central, tout en stabilisant notre écosystème intestinal.

La dysbiose fonctionnelle du microbiome est très différente de la dysbiose du microbiome souvent décrite dans la littérature. La dysbiose fonctionnelle est une combinaison du régime alimentaire d’une personne et de son microbiome. Compte tenu du microbiome d’une personne, la consommation d’aliments ou de suppléments spécifiques peut la protéger contre les fuites intestinales, tandis que la consommation d’autres aliments et suppléments peut y conduire.

Quel est le lien entre les fuites intestinales et le déséquilibre de l’humeur ?

La principale cause du syndrome des intestins perméables est une dysbiose fonctionnelle du microbiome intestinal. Le stress et les infections intestinales aiguës peuvent également contribuer au syndrome de l’intestin fragile chez certaines personnes.

La réponse inflammatoire de l’organisme peut affecter divers troubles neurocognitifs, car le cerveau libère des cytokines pro-inflammatoires et d’autres substances chimiques qui, en excès, peuvent entraîner des troubles de la santé mentale et de l’humeur.

Les symptômes d’une fuite intestinale sont notamment les suivants :

  • le syndrome du côlon irritable (SCI)
  • les maladies inflammatoires de l’intestin (MII)
  • le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
  • des douleurs articulaires
  • des maux de tête
  • une forme d’éruptions cutanées
  • une dépression
  • de l’anxiété
  • de la fatigue
  • un brouillard cérébral

Comment mesurer la santé de notre microbiome intestinal ?

Le test Health Intelligence de Viome utilise un échantillon de selles et de sang pour analyser les expressions génétiques microbiennes et humaines d’un individu.

Nous pouvons voir ce que les microbes produisent et si c’est bénéfique (nutriments) ou si cela provoque une inflammation (toxines).

Ce test nous permet également de voir l’impact du microbiome intestinal sur notre « hôte » ou notre côté humain, ce qui nous donne un aperçu de notre santé cellulaire, de la santé de notre système immunitaire, de notre âge biologique, etc.

Nous pouvons lire les « signaux » que le corps envoie sur l’état de notre santé intestinale.

Voici d’autres éléments que la santé du microbiome intestinal peut révéler sur le régime alimentaire et l’état de santé général d’un individu :

  • la personne mange plus de protéines que le microbiome intestinal ne peut en supporter
  • elle mange trop de sel
  • un virus végétal provoque une inflammation dans son intestin
  • les épinards ont un impact sur son risque personnel de calculs rénaux
  • ses cellules montrent des signes de stress
  • ce qui lui donne des gaz
  • si elle doit y aller mollo avec les fruits de mer

Et bien d’autres choses encore !

L’avenir de la recherche sur le microbiome et l’intestin ?

Quelles sont les idées ou les tendances que l’on observe aujourd’hui sur la santé des intestins ?

Les progrès réalisés dans divers domaines « omiques » continuent à développer le génome, le transcriptome, le protéome, le métabolome, le microbiome, l’épigénome et l’exposome pour créer une carte holistique de notre biologie et nous guider vers une meilleure santé.

La combinaison de cette cartographie, de nouvelles méthodes de collecte de données et de l’intelligence artificielle rend possible la personnalisation de tous les aspects de notre vie. Du régime alimentaire aux habitudes de vie recommandées, en passant par la médecine.

Alors qu’il n’y avait auparavant aucun moyen de donner un sens aux quantités massives de données afin d’identifier les tendances et les modèles propres à un individu, la technologie actuelle nous permet de résoudre ces problèmes beaucoup plus rapidement que jamais.

L’IA permet d’identifier des schémas dans la biologie d’un individu et d’associer ces schémas (scores) aux nutriments dont cet individu a précisément besoin. En outre, nous sommes également en mesure de voir si une personne a tendance à s’éloigner ou à se rapprocher d’une maladie chronique particulière.

Nos recherches concernant l’utilisation de la technologie de l’ARNm et des plateformes d’IA de pointe pour dépister le cancer de la bouche et de la gorge ont récemment reçu l’approbation de la FDA. Nous sommes impatients de voir où ces données nous mèneront.

Découvrez nos programmes HATAHE, fondés sur les Neurosciences.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

INSTAGRAM

REJOIGNEZ-NOUS SUR INSTAGRAM

Libérez votre potentiel
maintenant