Le magnésium : le super héros de notre métabolisme

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Trop peu connu, le magnésium est un véritable super héros pour notre métabolisme !

Notre corps n’en fabrique pas et pourtant il en consomme chaque jour…

Le Magnésium existe en effet sous différentes formes provenant de sources diverses. Il nous permet de réguler plusieurs centaines de fonctions métaboliques essentielles à la gestion de l’énergie et du stress sous toutes ses formes.

Biohacker son métabolisme avec du magnésium

1902, c’est la date figurant sur des bouteilles d’eau magnésienne encore consommées en… 2021.

Bientôt 120 ans… soit 4 à 5 générations, au moins, que l’on a compris les vertus d’un apport en magnésium par le biais d’un acte encore plus fréquent que celui de dormir ou s’alimenter: s’hydrater.

Car outre la nourriture, le magnésium se trouve aussi dans… l’eau. Enfin, certaines eaux, car toutes ne se valent pas.

La preuve en est la communication autour du « riche en magnesium » que nombre d’entre elles ne manquent pas de mettre en avant.

Peut-être ne le saviez-vous pas mais effectivement… notre corps ne fabrique pas de magnesium (sic !) alors qu’en moyenne, nous avons besoin de 360 mg par jour de cet oligo-élément essentiel !

Les conséquences d’un manque de magnésium

Le symptôme de carence le plus fréquent: la fatigue… et ses effets secondaires, car le magnésium joue un rôle critique dans la régulation d’environ… 300 fonctions métaboliques !

Non seulement est-il considéré comme le « minéral de l’énergie » sous toutes ses formes (cérébrale, musculaire et cardiaque) mais il mériterait sans doute d’être qualifié de « maître des minéraux » à une ère où près d’1 Français sur 4 en manque pour faire face à toutes les formes de stress.

Qu’il soit d’origine physiologique (manque de sommeil, activité physique intense) ou environnementale (bruit, contexte personnel ou professionnel), notre système nerveux y répond en effet en « brûlant » du magnesium.

S’il est, en partie, apporté par l’alimentation, celle-ci est devenue tellement déficitaire en nutriments et si peu diversifiée qu’elle ne permet plus d’en prodiguer toutes les formes et/ou en quantité suffisante à nos organismes.

Avoir une activité physique, un bon sommeil et consommer du chocolat (noir et de bonne qualité), des légumes frais et des céréales complètes est la base pour contrebalancer ces déséquilibres, mais pas suffisant…

Pour « biohacker » son métabolisme, il faut plus: en se supplémentant avec des compléments alimentaires, oui, mais aussi en « buvant » du magnésium… comme on sait le faire depuis plus d’un siècle…

Une habitude qui ne devrait pas tarder à (re)devenir à la mode, surtout quand on sait que la plupart des eaux disponibles n’en contiennent pas suffisamment (moins de 56 mg/litre)…

D’autres, notamment connues pour favoriser une bonne digestion peuvent dépasser les 100 mg/litre et, en cherchant un peu, on peut même en (re)trouver des eaux magnésiennes qui, a bientôt plus de 120 ans, ne tarderont pas à être déclarées « nouvelles fontaines de jouvence » ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

INSTAGRAM

REJOIGNEZ-NOUS SUR INSTAGRAM

Libérez votre potentiel
maintenant