Les bienfaits de la gratitude pour votre cerveau

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Commencer sa journée en exprimant par écrit une gratitude nous fait du bien, et c’est la neuroscience qui nous l’explique. Il s’agit en effet de commencer la journée en créant un état d’esprit positif, et donc de nourrir les connexions neuronales positives de notre cerveau. L’expression de la gratitude comme technique pour améliorer la santé mentale et les relations interpersonnelles, n’est pas une mode du Nouvel Âge. C’est une mise en pratique de la neuroplastie qui procure des avantages mesurables à ceux qui la pratiquent.

Bien avant le mouvement de pleine conscience de notre ère moderne, celle-ci était importante dans les philosophies et les cultures anciennes. Cicéron, par exemple, considérait la gratitude comme la mère de toutes les vertus. Et le stoïcien romain Sénèque la concevait comme une motivation fondamentale et une composante intrinsèque de l’expérience humaine.


Marcus Tullius Cicero disait : « La gratitude n’est pas seulement la plus grande des vertus, mais le parent de toutes les autres ».

Cependant, c’est Robert Emmons qui a été le premier à donner une place fondamentale à la gratitude en expliquant que celle-ci pouvait apporter de réels bienfaits. Il a effectivement mis en lumière l’impact de la gratitude sur la santé. En ce sens, celle-ci permet de diminuer le niveau de stress notamment le stress post-traumatique et par conséquent va offrir une meilleure santé.

Par ailleurs, la connaissance de la manière dont le cerveau réagit à une expérience de gratitude, étudiée par différents psychologues tel que Michael Mccullough, ouvre une fenêtre sur la relation entre la santé physique, la santé mentale et la résilience.

Une stimulation de la production de dopamine et la neuromodulation

Lorsqu’on éprouve de la gratitude, le cerveau libère une forte dose de dopamine, à savoir le neurotransmetteur le plus souvent reconnu pour son rôle dans la récompense, la motivation et le plaisir. La dopamine permet de mettre de côté toutes les émotions négatives et joue également un rôle crucial dans la modulation de la concentration, de la motivation, de la flexibilité cognitive et de la résilience émotionnelle.

Cependant, les avantages cognitifs de la gratitude ne se limitent pas à un événement isolé. La sensibilité neuronale peut également être associée à une nouvelle forme de gratitude. Celle de l’écriture.

Les sujets qui ont participé à l’écriture de lettres de gratitude ont montré à la fois :

  • une augmentation comportementale de la gratitude
  • une modulation neuronale significativement plus importante de la gratitude dans le cortex préfrontal médian trois mois plus tard.

Quel lien entre la gratitude et le cortex préfrontal médian ?

Le cortex préfrontal est la région du cerveau associée à la planification de l’attention, au traitement d’ordre supérieur et à l’organisation. C’est ce qui fait de nous des êtres humains et nous différencie des autres espèces. L’expression de la gratitude a un effet profond sur cette région du cerveau.

Dans une étude réalisée en 2015, des scanners IRMf ont été utilisés sur deux groupes distincts. Le premier devait penser à un moment récent où il s’était senti vraiment reconnaissant et le repasser dans sa tête, tandis que le second groupe exprimait sa gratitude à haute voix, comme si elle était enregistrée pour être partagée avec la personne à qui il l’exprimait.

Les scans ont montré une augmentation de l’activité dans la zone du cortex préfrontal médian du cerveau lorsque les sujets exprimaient leur gratitude, différente de l’activité cérébrale observée lorsque les sujets ressentaient de la gratitude mais ne l’exprimaient pas.

Une activation de l’hypothalamus, contribuant ainsi à un sommeil optimisé

Vous cherchez à améliorer votre qualité de sommeil ? La réponse se trouve peut-être dans la culture d’un esprit reconnaissant. L’université de Manchester, en Angleterre, a étudié le lien entre la gratitude et le sommeil. Leur étude a porté sur plus de 400 adultes de tous âges – dont 40 % souffrant de troubles du sommeil. Ces derniers ont rempli des questionnaires concernant la gratitude, le sommeil et les pensées avant de s’endormir.

Cette dernière était liée au fait d’avoir plus de pensées positives que de pensées négatives, au moment du coucher. On a alors associé la pratique à un endormissement plus rapide, à un sommeil plus long et de meilleure qualité.

La recherche ne se limite pas à une seule étude. Le Journal of Psychosomatic Research a établi que les pratiques de gratitude permettaient de prédire une meilleure qualité et une meilleure durée du sommeil subjectif. Ainsi qu’une réduction de la latence du sommeil et une amélioration des performances diurnes.

Nous avons mis au point une formation pour les personnes qui ont du mal à dormir , en partenariat avec le Dr François Duforez & le European Sleep Center. Cette formation est peut être la solution pour une amélioration durable de la qualité de votre sommeil.

Une modification des régions du cerveau liées à l’altruisme et au système de récompense

Certains scientifiques suggèrent que la gratitude a évolué comme un mécanisme visant à stimuler l’altruisme réciproque et ainsi, transformant des étrangers en alliés plus enclins à s’entraider. La recherche moderne soutient cette idée.

Une étude récente a révélé que sa pratique active le cortex préfrontal ventromédial (VMPFC). Associé à ce que les chercheurs décrivent comme l’altruisme pur neuronal, cela signifie que le cerveau a besoin de l’expérience du don.

Dans l’étude, on a demandé à deux groupes de participants d’écrire dans un journal chaque jour pendant trois semaines. Le premier groupe a reçu des questions générales sans rapport avec la gratitude, tandis que le second groupe a été invité à écrire sur des expériences de gratitude et des choses pour lesquelles ils se sentaient reconnaissants.

Lorsqu’on a comparé les scanners IRMf des deux groupes, les résultats ont montré que le groupe qui s’était concentré sur la gratitude présentait une plus grande activation du VMPFC et un altruisme pur neuronal.

C’est pourquoi, les chercheurs ont conclu que « la gratitude oriente le système de récompense du cerveau vers les récompenses pour les autres plutôt que pour soi-même ». Cela permet de prendre conscience que la gratitude peut engendrer une psychologie positive lorsque c’est une pratique régulière, comme dans l’étude ci-dessus.

La gratitude engendre la gratitude

Selon la loi de Hebb, « les neurones qui se connectent ensemble se connectent ensemble ».


On peut également appliquer cette loi à la culture d’un esprit reconnaissant.


Les recherches montrent que plus vous pratiquez la gratitude, plus vous renforcez les circuits neuronaux du cerveau pour celle-ci. Cela facilite la concentration sur les sentiments de gratitude.

Voici 5 pratiques de gratitude pour vous aider à démarrer :

  • Tenez un journal dédié.

Associer la tenue d’un journal à la gratitude présente de puissants avantages psychologiques. Et c’est plutôt facile ! Le simple fait d’avoir un petit livre sur votre table de chevet et d’écrire chaque jour trois choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant fonctionne à merveille.

  • Méditez.

Bien que la méditation ne semble pas être une pratique typique de la gratitude, être reconnaissant requiert de la conscience et de la présence. La méditation de pleine conscience vous apprend à vous concentrer sur le moment présent sans porter de jugement. Pendant la méditation, on vous demande souvent de prêter attention à votre respiration. Mais pour cet exercice, essayez de vous concentrer sur ce dont vous êtes reconnaissant (le temps de méditer, un son agréable, la chaleur du soleil sur votre visage, etc.)

  • Écrivez une lettre pour dire merci.

Prenez un moment et écrivez un texte à votre conjoint ou ami pour lui dire quelque chose que vous appréciez chez lui. Les avantages sont mutuellement bénéfiques.

  • Essayez un bocal de gratitude.

Placez un bocal dans un endroit où vous le verrez tous les jours. À intervalles réguliers, prenez une feuille et écrivez : « Je suis reconnaissant pour _ aujourd’hui parce que _. » Déposez les notes dans le bocal et, lorsque vous vous sentez déprimé, lisez une note qui vous rappellera gentiment de compter vos bienfaits.

  • Comprendre ses émotions.

Compte tenu des bienfaits de la gratitude pour votre cerveau et votre santé, il vaut la peine de prendre le temps de cultiver cette émotion et ce trait de caractère dans votre vie. Elle nous donne le contrôle de notre propre vie.

Robin Sharma a dit un jour : « La gratitude rend heureux. Le bonheur stimule la productivité. La productivité révèle la maîtrise. Et la maîtrise inspire le monde ».

A vous de jouer !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

INSTAGRAM

REJOIGNEZ-NOUS SUR INSTAGRAM

Libérez votre potentiel
maintenant