Principal neurotransmetteur du cerveau, à quoi sert la dopamine ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

C’est un fait, la dopamine est l’un des principaux neurotransmetteurs du cerveau.

La dopamine est avant tout connue pour son rôle dans la récompense, la motivation et le plaisir.

Mais il faut savoir qu’elle joue également un rôle crucial dans la modulation de la concentration, de la motivation, de la flexibilité cognitive et de la résilience émotionnelle.

Et ce n’est pas tout ! En plus de ces capacités et états créatifs-productifs, la dopamine est l’un des principaux régulateurs du contrôle moteur et de la coordination des mouvements du corps.

Les substances ou actions dopaminergiques affectent l’activité liée à la dopamine dans le cerveau. Le bon fonctionnement du système dopaminergique est d’une grande importance pour les performances cognitives et la pulsion émotionnelle.

Passons donc en revue le système dopaminergique, pour comprendre ce qu’est la dopamine, où et comment elle est métabolisée, et comment le système peut être soutenu.

Qu’est-ce que la dopamine ?

La dopamine est l’une des trois principales molécules de signalisation de la famille des catécholamines.

Les deux autres sont les molécules de réponse à la lutte ou à la fuite : l’épinéphrine (adrénaline) et la norépinéphrine (noradrénaline).

La dopamine est produite dans le cerveau. Mais d’autres systèmes du corps l’utilisent et la fabriquent également. Elle y joue alors le rôle d’un important messager chimique :

Au niveau du cœur, elle module la fonction cardiovasculaire. Par une stimulation de la contraction du muscle cardiaque et en favorisant l’élargissement des vaisseaux sanguins nécessaire à une bonne circulation du sang.

La dopamine est aussi utilisée dans les reins pour les aider à fonctionner correctement. Elle stimule l’augmentation de la miction et en excrète l’excès de sodium (sel).

Enfin, elle module également le système immunitaire et l’activité des lymphocytes.

Les neurones à dopamine sont relativement peu nombreux – seulement 1% des neurones du cerveau sont dopaminergiques.

Mais ils ont un impact important sur les capacités créatives-productives, les émotions et la coordination des mouvements du corps.

Le cerveau doit donc laisser entrer certaines choses, comme les nutriments. Et en sortir d’autres, tels que les déchets métaboliques, tout en se protégeant contre l’entrée de bactéries.

Pour ce faire, il utilise alors la barrière hémato-encéphalique, qui agit un peu comme un portier, en choisissant ce qui peut ou ne peut pas entrer.

Mais cette dernière ne la traverse pas. Donc toute la dopamine doit être produite localement dans les cellules nerveuses dopaminergiques (neurones) du cerveau à partir des molécules de base de la dopamine.

Bien que la dopamine favorise de nombreuses capacités et états critiques du cerveau, seul environ 1 % des neurones du cerveau sont dopaminergiques.

Il est alors essentiel que ces neurones soient protégés si nous voulons atteindre et maintenir des performances cérébrales optimales toute notre vie.

Nous devons avoir des niveaux de dopamine adéquats pour fonctionner correctement !

Où la dopamine est-elle créée dans le cerveau ?

Où est-elle utilisée ? Que fait-elle ?

On situe les neurones dopaminergiques principalement dans quelques zones du cerveau de petite taille. Mais cela ne signifie pas que les actions cérébrales de la dopamine se cantonnent à ces seules régions.

Les neurones dopaminergiques possèdent des fibres nerveuses, appelées axones, qui les relient à d’autres neurones. Celles-ci servent à transmettre des informations liées à la dopamine à des neurones situés dans d’autres parties du cerveau. C’est par l’intermédiaire de ces axones que la dopamine exerce ses effets modulateurs ailleurs dans le cerveau.

La principale région du cerveau produisant de la dopamine est le mésencéphale. Il contient la grande majorité des neurones dopaminergiques. Dans le mésencéphale, la substantia nigra est le groupe de neurones dopaminergiques le plus important. Et joue un rôle important dans le contrôle des mouvements et des réflexes.

L’aire tegmentale ventrale (ATV) est une autre zone dopaminergique importante du mésencéphale. Ses projections vers le noyau accumbens, le tubercule olfactif, l’amygdale et l’hippocampe constituent une autre des principales voies dopaminergiques du cerveau, la voie mésolimbique.

Cette voie, également connue sous le nom de voie de la récompense joue un rôle majeur dans la récompense.

Mais également dans la composante motivationnelle du comportement motivé par la récompense, dans le renforcement comportemental et dans la perception du plaisir. Ça fait pas mal, nous direz-vous !

Les voies dopaminergiques du cerveau influencent les processus de récompense, autrement dit :

  • le fait de vouloir et d’aimer
  • le renforcement des comportements de plaisir
  • les fonctions exécutives, c’est-à-dire les comportements dirigés vers un but, la flexibilité cognitive et la résolution de problèmes
  • l’apprentissage associatif, c’est-à-dire l’acquisition et la modification de comportements, d’aptitudes, etc.
  • le contrôle moteur, c’est-à-dire la coordination et le contrôle des réflexes et des mouvements volontaires

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

INSTAGRAM

REJOIGNEZ-NOUS SUR INSTAGRAM

Libérez votre potentiel
maintenant