5 aliments à éviter si on est déjà stressé

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Quels aliments sont à bannir lorsque l’on est stressé ? Quel que soit notre style de vie, nous subissons tous le stress régulièrement : pression professionnelle, soucis familiaux, simplement suivre le travail scolaire de ses enfants ou se forcer à aller à la salle de sport.

Tous les types de stress sont-ils mauvais pour moi ?

Tous les types de stress ne sont pas mauvais, certains sont catalyseurs pour des changements de vie ou fonctionnent ponctuellement pour apporter l’énergie nécessaire à la réalisation d’une tâche.

Néanmoins, un stress répétitif et/ou mal vécu est souvent nocif pour la santé.

Quels sont les effets du stress sur mon corps et mon métabolisme ?

En situation de stress, notre corps répond naturellement avec des réflexes de fuite ou de protection.

Cela déclenche une foule de réactions psychologiques et physiologiques comme une hausse du taux de cortisone .

Si cela est salutaire en cas de véritable danger (affronter un ours en forêt), maintenir son métabolisme dans cet état trop fréquemment peut entraîner de graves problèmes de santé à commencer par la prise de poids, une moindre capacité à lutter contre les inflammations ou à réguler son taux de glycémie.

Le stress chronique agit qui plus est sur les glandes surrénales et, en les sursollicitant, peut engendrer des symptômes dépressifs, inflammatoires ou des difficultés de concentration.

Les facteurs de stress sont-ils toujours « externes » ?

Comme si cela ne suffisait pas, le stress n’a pas pour seul origine l’environnement externe, il peut être accentué par certains aliments ayant le même impact sur le corps.

Connaître ces aliments et en réguler sa consommation permet ainsi de réduire les effets du stress et les risques de maladies afférentes.

Quel rapport entre le stress et la consommation de sucre ?

Le sucre est le premier ingrédient à, si ne n’est éliminer, du moins, réduire en cas de stress.

En situation de stress, le corps libère plus de cortisol, une hormone chargée d’équilibrer le stress et les niveaux de sucre dans le sang.

C’est ainsi que, lors de la consommation d’aliments sucrés, le taux de glycémie monte en flèche entraînant le corps à libérer plus de cortisol pour l’équilibrer.

Malheureusement, l’augmentation du taux de cortisol a aussi pour effet d’engendrer des problèmes de sommeil, un affaiblissement des capacités immunitaires ainsi que des maux de tête et une tendance à l’irritabilité.

En outre, un déséquilibre glycémique engendre les mêmes symptômes que le stress comme l’anxiété et la peur.

Ainsi, diminuer sa consommation de sucres ajoutés présents dans les pâtisseries, les boissons gazeuses et autres produits laitiers aromatisés permet de réguler sa glycémie.

Préférer les sucres naturels permet de stabiliser, favorisant un équilibre de l’humeur et une meilleure santé globale.

Pourquoi faut-il bannir les édulcorants artificiels ?

Consommé en excès, le sucre n’est déjà pas forcément un allié pour la santé, mais que dire des aliments « sucrés » artificiellement ?

Au lieu d’être composés de sucre naturel, ces produits sont élaborés avec des édulcorants artificiels pouvant entraîner des problèmes de santé comme des maux de tête voire des maladies du métabolisme et du système cardiovasculaire.

La prise de ces substituts artificiels peut même engendrer une dépendance aux produits riches en sucre en « reprogrammant » les papilles gustatives responsables du goût : d’où les « fringales » pour les aliments sucrés.

Comme si cela ne suffisait pas, les édulcorants artificiels engendrent également du stress indirect de par leurs effets secondaires.

L’aspartame par exemple, que l’on retrouve dans nombre d’aliments, boissons et médicaments peut causer migraines et troubles de l’humeur.

À l’image d’autres types de sucre, ces édulcorants artificiels sont préjudiciables à la régulation de la glycémie.

En quoi les carbohydrates sont-ils nocifs ?

Bien qu’appétissants, les plats industriels raffinés riches en hydrates de carbone n’apportent rien de bon à votre corps.

Non seulement ils n’apportent aucune valeur nutritionnelle et fonctionnent comme des « calories vides » mais ils entraînent également des variations du taux de sucre dans le sang pouvant favoriser l’irritabilité.

Beaucoup d’aliments contiennent des carbohydrates raffinés, notamment les plats préparés à haute teneur en sodium.

En plus de donner soif, l’excès de sodium entraîne une rétention d’eau, obligeant le cœur à compenser pour maintenir une circulation sanguine fluide.

Facteurs d’une augmentation de la tension, les carbohydrates engendrent aussi un gonflement des tissus et un malaise général favorisant à leur tour un sentiment de stress 

Comment l’alcool agit-il sur le stress ?

Si un verre de vin peut aider à se relaxer, en consommer en excès n’apporte aucun bénéfice sur la santé et peut, par contre, être facteur de stress.

Boire de l’alcool agit en effet sur la sécrétion des hormones entraînant stress et anxiété. 

En augmentant la pression artérielle et la fréquence cardiaque, l’alcool déclenche qui plus est les mêmes symptômes.

Enfin, les boissons alcoolisées ayant généralement une forte teneur en sucres, cela en « double » les effets néfastes en termes de stress.

Se réfugier dans l’alcool pour mieux s’endormir est également une mauvaise idée.

Même s’il « aide » à l’endormissement, l’alcool en revanche freine le sommeil profond et donc réparateur. Résultat ? Des lendemains difficiles… facteurs de stress.

Combien de cafés puis-je consommer sans risque ?

Apprendre à gérer son stress n’implique pas de bannir complètement la caféine de son quotidien.

Boire des litres de café est en revanche facteur de stress indésiré et, qui plus est, susceptible de causer de graves problèmes aux glandes surrénales sursollicitées.

De plus, la stimulation du système nerveux provoquée par la caféine augmente la pression artérielle et la fréquence cardiaque, symptômes d’anxiété.

En fait, le premier réflexe en période de stress devrait être de renoncer à la caféine.

Attention à la caféine « cachée » : la plupart des thés en contiennent ainsi que les boissons gazeuses, énergétiques et certains médicaments analgésiques.

Que ton aliment soit ta seule médecine ! nous disait Hippocrate…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

INSTAGRAM

REJOIGNEZ-NOUS SUR INSTAGRAM

Libérez votre potentiel
maintenant